avatar
Arrivé(e) le : 07/02/2017
Posts : 412
Avatar : Kim Da-Bin (ulzzang)
Crédits : moonlight. (moi)

ATTEND L'AMOUR
Voir le profil de l'utilisateur http://slashlove.forumactif.org/t1465-f-20th_century_girl

even in august winter is here ♦ andrea
Mar 14 Fév - 18:58


20h. c'était l'heure exacte à laquelle andrea m'avait donné rendez-vous chez lui pour faire comme il disait "notre saint valentin". évidemment c'était en toute amitié que l'on faisait ça. vraiment. je n'avais jamais eu un réel intérêt du point de vue amoureux pour le garçon. il était beau. il ressemblait une œuvre d'art vivante certes mais pour moi c'était tout. on était désespérés sentimentalement mais je ne pense pas que ce soit au point qu'il se passe un truc entre nous puis, je suis sure que si ça arrivait, ça foutrait pas mal notre amitié en l'air alors non merci. je tenais quand même à l'avoir dans mon entourage parce que pour une fois, on ne me regardait pas comme une poupée barbie, un sextoy ou peu importe lequel de ses trucs attirants. c'était une relation amicale basée sur l'échange. il était étudiant en art, j'adorais l'art. il parlait italien et moi japonais, de quoi échanger quelques mots, lui en apprendre certains même parce qu'il pourrait essayer de pécho en sortant des trucs mignons dans un autre langue ? je suis sûre que pas mal de filles pourrais tomber sous son charme comme ça.

j'avais passé mon après-midi tranquille chez moi, à mater des séries d'horreur ou des films dans le même genre pour éviter d'allumer la télévision. netflix était surement le meilleur rancard qu'on pouvait espérer. je m'étais également empiffrée de crème glacée goût citron parce que c'était mon pêché mignon. puisque j'avais le temps, j'avais décidée de passer au supermarché avant de me rendre chez mon ami. après tout c'était la moindre des choses. il m'invitait chez lui, je n'allais pas débarquer les mains dans les poches non plus. et puis, mon porte feuille était assez remplit pour acheter quelque chose pour la soirée. un pack de bière, voilà ce que j'avais prit, un bon pack de bière japonaise. dieu du ciel, j'avais besoin de boire de l'alcool de là-bas.... l'alcool en italie était dégueulasses, du moins fades à mon gout. j'avais pris également une bouteille et quelques trucs à grignoter et j'avais prit la route vers le borgo di milano. j'habitais à l'autre bout de la ville mais franchement, conduire n'était pas la fin du monde.

20h01. quel timing dis-donc ! j'étais en bas de chez andy et je galérais un peu à tout porter mais bon, je n'étais pas non plus un petit cornichon sans forces pour ne pas arriver à monter ça chez lui. une fois sur la pallier, je toqua à la porte en vérifiant que c'était bien le bon numéro et je souleva le pack pour cacher ma bouille derrière. j'avais entendu la porte s'ouvrir et j'avais descendu les bières avec un immense sourire avant de lui dire bonjour, ou plutôt bonsoir avec mon petit accent japonais puis qu'avais encore vraiment du mal avec "r".

@andrea giacometti
avatar
Arrivé(e) le : 30/01/2017
Posts : 743
Avatar : min yoongi.
Crédits : bae. ♡

Re: even in august winter is here ♦ andrea
Mar 14 Fév - 20:44


foutage de gueule.
foutage de gueule planétaire à l'échelle de la petite personne. foutage de gueule tellement massif qu'il réussit à laisser des piques ou là. y'a de ces vieux cons qui vomissent après l'amour. andrea il doit en faire partie, même si ça l'emmerde de l'assumer. c'est pas quelque chose dont il est fier, de dire aux dogmes d'aller se faire voir, de la jouer adolescent rebelle qu'a rien de mieux à foutre que de pioncer toute la journée. parce que dans le fond, il est un peu comme les autres : amer d'avoir pas grand-chose à partager en février. ce jour-là, précisément. alors il veut juste zapper. il veut juste se dire que son maintenant, que son présent, que son vide massif c'est qu'un instant passager. il veut transformer ça en trou noir, en infâme néant qui lui collera une gueule de bois monumentale. il oubliera, au moins un peu. il l'oubliera. et en matière de bouffe ce soir, il s'est pas foulé. pizzas au congélo, pas de festin de rois. juste de quoi alimenter le bide pour mieux faire passer l'alcool, et vider cul sec pour que ça passe plus rapidement. saint valentin à la con. grognement en interne, il a eu au moins la glorieuse idée de ranger son foutu foutoir qui fout le camp. c'est pas trop mal. c'est presque digne d'un magasin ikea. parce que ce soir y'a nana, et nana c'est beaucoup.
nana c'est.
nana c'est trop de mots pour une personne. nana c'est comme un éclat acidulé dans la bouche qui vient après avoir croqué le bonbon. nana c'est comme. comme une transe bizarre et un mélange des langues qui donnent naissance à un autre langage. elle est mignonne. elle a du répondant, aussi. c'est pas plus mal. ça va dynamiser, ça va faire péter des étincelles. et dans le pire des cas ils s'endormiront comme des déchets devant une série à la con, made in tele novelas. ouais. c'est pas mal. ça lui plaît. la douleur c'est pour les autres. ce soir c'est murge. et ça lui file un sourire gigantesque en ouvrant la porte. bière japonaise.
- p'tain nana t'envoies du lourd sur l'pas d'la porte, j'vais pas survivre. de quoi bien s'arracher la face et finir contre le mur, ou le plafond, ou le sol. à voir selon le cas de mesure. il ouvre un peu plus la porte, fait une petite révérence minable. entre j't'en prie, j'te partagerais tout mon amour loin des yeux indiscrets des voisines à chats miteux. complice. et si y'en a plus, y'a toujours de quoi piquer dans le frigo, de la bière standard, fade. de toute façon, d'ici là, ils verront rose.

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

PARASITES
everything is grey his hair, his smoke, his dreams and now he's so devoid of color. he don't know what it means.

de l'art contemporain:
 
avatar
Arrivé(e) le : 07/02/2017
Posts : 412
Avatar : Kim Da-Bin (ulzzang)
Crédits : moonlight. (moi)

ATTEND L'AMOUR
Voir le profil de l'utilisateur http://slashlove.forumactif.org/t1465-f-20th_century_girl

Re: even in august winter is here ♦ andrea
Mer 15 Fév - 4:17



andrea, c'était un peu mon sauveur du jour voir mon sauveur tout court dans la vie alors, il méritait pas mal que j'aille acheter de l'alcool à sa hauteur et que j'en aille presque à me faire virer du magasin. j'avais vingt ans certes mais on me laissait jamais acheter de l'alcool en paix parce que j'avais une tête de gamine, même carrément une tête de pucelle, à la façon des fans de justin bieber. ca se prend pour rebelles mais c'est totalement fragile et bête au fond. j'étais toujours obligé de sortir mon passeport pour montrer que oui j'étais majeure. puis franchement, je me voyais mal appeler andrea et lui demander de me sortir de ma galère un peu comme j'aurai pu faire avec mon défunt frère dans ma jeunesse. d'ailleurs andy et moi c'était pas mal chelou comme relation mais c'était ça qui était amusant et attachant.

j'étais devant chez lui avec une tenue à la fois décontractée mais on voyait que je sortais pas en jogging. je prenais soin de moi quand même et j'avais même maquillé mes "lèvres de guedin" d'un touche de rouge. y'en aurait plus à la fin de la soirée, tout serait partit sur les goulots des bouteilles de bières mais franchement tant pis. j'sais pas pourquoi j'avais sorti une jupe, j'devais être cinglée dans ma tête avec un froid pareil dehors, j'avais même pas pris de veste, j'étais sorti comme ça de chez moi puis, j'avais du supporter passer devant un restaurant pour rejoindre la boutique asiatique dont j'étais une habituée. puis quand andy avait ouvert je jure avoir sourit comme si j'étais en face de mon crush au point qu'on en voyait un peu mon appareil dentaire alors que je ne supportais pas qu'on le voit, c'était une des raison de mes lèvres de guedin en fait mais bon, ça me rendait pas moche ahah c'était déjà ça.

- hey meurs pas encore s'te plait ! j'avais soufflée avant de sourire encore et tourner la tête comme si j'allais voir sa fameuse voisine espiègle avec ses chats. godness j'adorai les chats alors forcément qu'il avait attiré mon attention mais j'avais fini par rentrer chez lui en m'inclinant un peu au passage parce que ouais, j'suis japonaise et que vous connaissez notre respect affolant pour la politesse dans les habitats des autres.
- j'veux bien de tout ton amour mais ouais, laisse ta voisine étrange dans son coin s'il te plait, sinon je vais taper chez elle lui demander si elle à un problème.

j'savais carrément pas si j'irai faire ça mais bon, sûrement que je serais déchirée j'aurai l'envie de le faire parce qu'au fond c'est bien de se bourrer la gueule puis pour une fois qu'un mec plus vieux que moi me laissait vivre en paix c'était pas plus mal ! j'avais tendu le pack de bières face au garçon sans dire un mot, sûrement qu'il comprendrait que je voulais qu'il porte ça et aille les poser où bon lui semblait pendant que je retirais mes chaussures. dieu que j'avais mal aux pieds en talons, quelle idée de conduire en talons aussi. j'suis vraiment idiote parfois.... puis j'avais ouvert le sac plastique et j'avais tiré la bouteille de shochu qui n'était autre que notre bonne vodka jap avant de la secouer doucement sous le nez du garçon mais ça, c'était juste pour lui pour quand il voudra, c'était un peu, mon cadeau de st valentin quoi. c'était cool non ?

- la bois pas d'un coup s'te plait, ça coute super cher ici puis tu sais qu'ils m'ont encore demandé mon passeport pour que j'paye. franchement, tu trouves que j'ai quatorze ans ? mais sinon j'ai pris une pizza au resto vite fait, j'sais pas laquelle tu voulais donc j'reste classique. et j'ai quelques films aussi genre, la la land ou sinon t'as hum.... j'sais plus les noms mais des films d'horreur.
avatar
Arrivé(e) le : 30/01/2017
Posts : 743
Avatar : min yoongi.
Crédits : bae. ♡

Re: even in august winter is here ♦ andrea
Mer 15 Fév - 21:01


c'est pas qu'il veut renouer avec ses racines, tomber dans les clichés du type asiatique qui côtoie que les bridés. c'est seulement que ça matche, ça matche très bien, si bien qu'il regrette de pas avoir tenté de faire mieux quelques mois auparavant. d'avoir eu l'idée de. de débouler durant un cours, de l'embarquer dehors et de continuer à lui apprendre les rudiments d'une langue monstrueusement lyrique et bordélique. d'avoir. d'avoir fait des sorties théâtrales, débattu des heures durant sur une esthétique qui les dépasse, qui les fascine. d'avoir fait mieux qu'un lien. d'avoir soudé un truc. alors il se rattrape andrea, il essaie, il ramasse ce qu'il peut et il essaie de donner une forme à peu près humaine. il sent tout qui se réchauffe. il est un poil heureux. assez comme il faut pour que tout s'efface, pour que la noirceur se lasse et relâche son corps. de toute façon ça va finir par couler sur lui, comme de l'eau de pluie. se délaisser. ou s'empirer. tout dépendra comment l'alcool voudra bien le prendre et le bercer. soupir. il pince sa lèvre inférieure en dévisageant la bouteille d'une oeillade pas franchement discrète. c'est qu'elle a tout prévu. nana c'est un peu la femme parfaite, c'est un peu ce qu'il aurait voulu être s'il avait eu une fente entre les jambes. nana, c'est l'alter-ego. nana c'est. c'est. tout ça à la fois. ricanement. la ferme se reporte, il étire mollement ses bras avant de caler les bières dans un coin. l'appartement il est pas bien grand, il suffit pour accueillir son foutoir genre ali baba temps moderne.
- mais t'es une femme à marier nana, t'fous quoi sur love ? choqué et déçu d'voir qu'aucun mec ait pas eu les corones de t'passer la bague au doigt. roulement d'yeux. il la débarrasse. il entasse tout ça pour que ça pourrisse pas, il se frotte les mains. ça caille un peu. ça devrait aller mieux. et elle a rapetissé aussi, sans ses talons elle fait moins grande fille. elle fait petite. plus abordable. moins intouchable que toutes ces nanas perchées quinze mètres plus haut. y se marre, chope la bouteille shochu avant de se caler en tailleurs sur le petit canapé, taille nains ou hobbits - au choix, de quoi serrer deux carcasses. en tout caaaaas... faut voir si ça va l'faire de s'concentrer sur un film. non pas que j'nous vois déjà complètement cuits, c'est juste une p'tite prémonition, comme ça. haussement d'épaules. il lit sans trop lire l'étiquette, y fait traîner son pouce en pinçant sa lèvre inférieure. fais comme chez toi, j't'apprends rien. tu peux fouiller, t'rouler par terre, danser, essayer d'grimper au plafond : fais-toi plaiz' chaton. en bas, y'a des restaurants qui se saignent pour satisfaire les amoureux. à cet étage, y'a deux désespérés qui veulent juste rire, rire c'est bon pour le zapping interne. j't'avoue que j'ai très peu expérimenté l'alcool japonais... c'est beau bordel, échange culturel dans les règles. d'ailleurs, tu veux la jouer précieuse et j'sors les verres ou t'es une sauvage qui préfère l'goulot ?

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

PARASITES
everything is grey his hair, his smoke, his dreams and now he's so devoid of color. he don't know what it means.

de l'art contemporain:
 
avatar
Arrivé(e) le : 07/02/2017
Posts : 412
Avatar : Kim Da-Bin (ulzzang)
Crédits : moonlight. (moi)

ATTEND L'AMOUR
Voir le profil de l'utilisateur http://slashlove.forumactif.org/t1465-f-20th_century_girl

Re: even in august winter is here ♦ andrea
Mer 15 Fév - 22:42


je savais que c'était pas trop grand chez le garçon puis j'étais pas à quelques centimètres carrés près, après tout j'étais pas là pour faire la décoration de chez lui ou pour critique le petit espace qu'il avait comparé à mon appart plus spacieux et peut-être mieux rangé mais bon, ma chambre était pareil qu'ici quand j'foutais le bordel pour trouver un tenue. c'était comme ça qu'elle était actuellement, en bordel parce que oui, j'avais voulu m'habiller assez joliment pour andrea. quand même, j'allais pas lui imposer ma face déprimée sans touche de maquillage ou sans même la moindre petite touche d'élégance. j'étais descendu d'un étage et mon mètre cinquante sept se faisait vraiment ressentir avec la tête de plus que mon ainé faisait. j'étais petite, vraiment trop mais bon, on dit que tout c'qui est petit est mignon alors c'est à mon avantage !

- p't'être qu'à la fin de la soirée c'est toi qui va me la passer la bague nan ? t'es bien trop dans la délicatesse. t'es sûr de pas être déjà shooté avec un flèche plein d'love ? mais j'compte bien pas être stone là de suite, t'imagine de quoi on va parler après ? sinon abuse pas trop sur la bouteille, c'pas comme les merdes italiennes du style limoncello. c'est genre au cas où t'aurais un fuckin' coup de blues à cause d'une meuf un peu trop conne pour voir qu't'es un gars super. genre, mon p'tit cadeau de st valentin pour mon pseudo roméo.

j'l'avais regardé s'asseoir sur le canapé mais franchement, j'avais à peine avancé, j'l'avais juste regardé parce que j'sais pas, c'était passionnant au fond de le voir décontracte comme ça. mais bon, il en fallait pas trop pour que je vienne sur le tout p'tit canapé, du moins j'étais plus sur l'accoudoir que sur le canapé en soit mais au moins, j'étais une fois plus grande que lui. mais quand il avait évoqué la façon de se boire, j'avais levé les yeux vers le plafond et j'avais ris doucement.

- really ? au goulot ! tu m'as pris pour la vierge marie sainte-ni-touche bien trop prude pour boire de la bière dans un verre ? sacrilège ! si tu connais quelqu'un qui boit sa bière au verre, pitié, tue le d'ma part.

j'avais fait un p'tit signe de main pour qu'il me file une bouteille mais bon, même si j'buvais au goulot comme une grande, j'avais genre, la force d'une crevette mouillé donc j'devais compter sur lui pour la décapsuler. non mais vraiment, fallait pas compter sur moi pour faire ça, même les trucs pour aider bah ça me tuait les mains. à côté, j'avais la pizza que j'avais ouverte et dont j'avais tendu le carton à andy après avoir prit une part. j'avais la dalle ! sorry mais mon ventre passait avant tout.

- grimper au plafond ça va être chaud. les rideaux à la limite c'est possible mais tu s'ra pas assez déchiré pour ça pis y'à ta voisine aux chats qui risques d'être jalouse. j'suis sûre qu'en vrai elle voudrait se taper un p'tit chinetoque comme toi.
avatar
Arrivé(e) le : 30/01/2017
Posts : 743
Avatar : min yoongi.
Crédits : bae. ♡

Re: even in august winter is here ♦ andrea
Jeu 16 Fév - 11:16


c'est vrai. bien sûr que c'est vrai. c'est tellement vrai que ça sonne beaucoup trop vrai. il pourrait lui passer la bague au doigt, il pourrait lui dire qu'elle est une belle rencontre, qu'elle est aussi sublime qu'une pluie de météorites. qu'elle est peut-être parfaite aussi. aussi vulgaire, aussi chiante, aussi entière et éparpillée. nana elle pourrait l'être, la bonne, la juste qui saura le faire planer. elle pourrait. pourtant l'idée, même si elle lui est venue à l'esprit, il a jamais osé commettre l'erreur. il le fera pas. il est déjà assez empourpré dans ses propres embrouilles, dans ses déballages intempestifs. dans ses choix. les plus mauvais, les pires. il devrait prendre du recul, s'assoir un jour au milieu de son appartement, regarder. faire le vide. faire le plein aussi et lister sur un petit papier les évènements foireux de l'année, les prendre un par un. faire un rappel à l'ordre. au moins en tirer une morale, ce serait pas du luxe, ni perdu. n'empêche que c'est pas comme si andrea avait une réelle morale, comme s'il avait ce désir perdu de se morfondre. parce qu'il sait, il sait que la moitié de la liste serait à raturer, que tout serait à recommencer. que refaire, il en a pas le courage, ni les épaules. autant continuer à descendre, descendre si bas que l'atterrissage semble se faire oublier. lui fait une bière. avant de prendre la sienne, il ouvre celle de la nana, lui refile entre les pattes. en riant. riant très franchement. il chope la sienne.
- un p'tit plan à trois avec la voisine aux chats, alleeeez. roulement d'yeux, il ouvre la bouteille avant de caler le goulot contre ses lèvres. ça coule dans son oesophage, ça termine direct dans son bide. avec son appétit de rien, ça va vite lui monter au cerveau. pas grave. nana était prévenue. et non c'est vrai j'suis con d'avoir cru qu't'étais une princesse. ogresse à la rigueur, ou dragon qui s'déguise en caniche pour appâter les gens. il la dévisage légèrement, laisse la place comme il peut. c'est cosy, au moins, personne s'éparpille dans les pièces, ça laisse place aux paroles. aux maux et aux mots. soupir d'aise.
- en vrai, j'suis désolé d't'avoir mise de côté. enfin ce s'rait pas l'terme juste, mais tu vois l'idée... j't'apprécie vraiment beaucoup, j'ai juste eu la tête trop partout. nulle part aussi. grincement de dents, il reprend une gorgée. il étale l'arrière de son crâne sur le dossier du canapé. t'es une chouette fille. et j'attends l'mec qui t'passera la bague ouais, j'me répète, rien à battre. ce s'ra pas moi, mais compte sur moi pour l'jauger, lui botter l'cul en cas de besoin, et l'préparer psychologiquement à te traiter comme une foutue reine de saba. trou noir dans le bide, il se penche pour choper une part de pizza, croque, mâche, avale. c'est mécanique. c'est rien de dingue. c'est simple à souhait, et ça lui fait du pied de retourner à ces instants qui se cumulent, qui font de l'instant ce qu'il est : un ramdam appréciable. t'es prév'nue. cerbère c'est d'la gnognotte à côté d'moi, enfin j'crois. on va dire ça, histoire que j'gagne en crédibilité, hu ?

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

PARASITES
everything is grey his hair, his smoke, his dreams and now he's so devoid of color. he don't know what it means.

de l'art contemporain:
 
avatar
Arrivé(e) le : 07/02/2017
Posts : 412
Avatar : Kim Da-Bin (ulzzang)
Crédits : moonlight. (moi)

ATTEND L'AMOUR
Voir le profil de l'utilisateur http://slashlove.forumactif.org/t1465-f-20th_century_girl

Re: even in august winter is here ♦ andrea
Lun 20 Fév - 12:09


« un p'tit plan à trois avec la voisine aux chats, alleeeez. » ses paroles m'avaient tirées un fou rire sincère parce qu'au fond un plan à trois avec andrea ne serait pas déplaisant, il n'était pas déplaisant lui-même mais un plan à trois avec lui, moi et la femme aux chats.... non merci, vraiment. déjà je ne savais pas à quoi elle ressemblait alors si en plus elle n'était pas spécialement bonne au lit, je crois que ma vie serait finit. j'avais d'ailleurs réceptionné la bière qu'il m'avait gentiment ouverte avec sa force d'homme et non la mienne et j'avais soufflé un petit merci délicat parce qu'un minimum, j'étais assez polie pour le faire mais le voir se décaler un peu pour me faire de la place laissa mes commissures se fendre un peu plus vers l'extérieur avant que je ne glisse légèrement mes fesses de l'accoudoir jusque sur le canapé en lui-même. un petit coup d'oeil puis, en tenant fermement la bouteille, je m'étais allongé sans crier gare, la tête sur ses cuisses musclées, lâchant un petit soupire et venant porter le goulot de la bouteille contre mes lèvres charnues. d'un air surprit, j'avais levé les yeux vers sa bouille d'ange et j'avais prêté l'oreille à son petit monologue.

- hey ça va. c'est pas comme si on ne jugeait pas tous un peu avant de connaître les gens. J'avoue que j'ai un physique assez différent de ma personnalité. j'paraîs avoir 25 ans, être sûrement un mannequin international avec mon 95d, ma taille hyper marquée et mon visage de poupée mais t'as juste reçu les informations comme ça sans chercher à connaître derrière au départ. c'pas la fin du monde poussin. j'veux dire, tu crois que j'aurai deviné que tu étais italien et pas genre, chinois et j'ai encore moins pensé que tu étais étudiant en art. mais en tout cas, j'te remercie du fond de mon petit cœur de guimauve, oui hein, on va pas se mentir, d'être venu me voir, au moins j'aurai un ami ici, voir même un espèce de grand-frère. enfin... si mon frère était toujours en vie, j'aurai voulu qu'il te ressemble, genre, sincèrement.

normalement, quand je parlais sur la durée, je débitais pas mal de conneries, surtout avec andy puisque c'était un peu notre truc, ce parler en toute franchise parce qu'on savait qu'on vexerait personne, mais là, j'étais vraiment la fille la plus sincère. si ren aurait été encore en vie, il aurait eut 25 ans cette année, à quelques année d'écarts avec andrea, du coup, l'amour que j'avais pas pu donné à mon défunt frangin, je l'avais répercuté sur mon seul véritable ami ici. j'avais passé une main dans ma chevelure brune, presque noire avant d'étirer une nouvelle sorte de sourire, lèvres contre la bouteille encore une fois parce que j'savais pas pourquoi mais j'avais envie de boire, comme si ça allait me rendre plus adorable.

- c'est con vraiment..... j'm'attendais à un petit cadeau en mode, genou à terre, petite boite rouge, paroles tellement mignonnes que j'aurai fondu en larmes comme une idiote avec à la fin un petit « oui » et une enfilade de bague... arfff, tu me déçois cette année giacometti. a la place, tu veux qu'on se bourre la gueule, qu'on blablate de tout et n'import'quoi et qu'on aille baiser avec la voisine aux chats parce qu'au fond, t'as toujours eu envie de te la taper mais bon, comme tu m'préfères moi physiquement, bah faut que tu rajoutes de quoi t'exciter. t'es pas possible.

j'avais levée ma main et saisit ses joues entre mes longs doigts pour les presser et lui faire faire une tête assez stupide mais bon, ça changerait pas de d'habitude puis j'm'étais permise de jouer un peu comme ça. après tout, il me le devait bien. puis c'est comme ça qu'on s'amusait entre « frère et soeur » nan ? han.... et puis il était adorable comme ça. Il avait déjà une bouille de bébé, il était encore plus cute comme ça.

- ouais on va dire, parce que niveau crédibilité avec ta face de bébé, j'suis pas sûre que tu fasses vraiment peur à quelqu'un. quoi que.... j'ai pas spécialement envie de te voir en colère non plus pour autant. mais j'suis sûre d'une chose c'est que t'y bottera le cul, tellement que j'pense qu'il pourra s'en souvenir jusqu'à la fin des temps. et toi, tu promets que si une fille vient à te briser le cœur, tu m'en parle. je te jure que je la retrouverai et qu'elle se souviendra de moi comme son pire cauchemar. j'ai peut-être une bouille de bébé mais t'inquiètes je saurai faire disparaître le corps sans laisser de traces. l'avantage d'être en anthropo, c'est qu'tu sais pleins de trucs sur ça.
avatar
Arrivé(e) le : 30/01/2017
Posts : 743
Avatar : min yoongi.
Crédits : bae. ♡

Re: even in august winter is here ♦ andrea
Lun 20 Fév - 19:45


elle parle.
elle parle beaucoup nana, elle lui ressemble assez sur ce point. et pourtant, à bien y voir, y se dit très franchement que s'il avait eu une fente à la naissance, il aurait cette dégaine maintenant. un peu parfaite, un peu surfaite aussi, un peu loin et en plein dans les conventions, à briser les espoirs qui tournent autour de sa gueule d'amour. pas la jouer gamine qui prononce parfaitement les mots, qui fait des phrases sublimes à chaque possibilité, qu'a une culture ultime, qui incarne ce qu'on attend d'une gonzesse - la beauté excessive. alors il rit, andrea, il laisse faire en la dévisageant un peu, lassée et allongée sur ses jambes. il continue de boire un peu, se délecte des saveurs violentes qui viennent réveiller sa langue et tout son estomac. y se penche légèrement, chope un bout de pizza. faudrait pas crever d'un coma. pas de suite du moins. mâchonne. en peu temps qu'il faut pour le dire c'est déjà englouti et ses épaules se meuvent dans un geste de quoi faire craquer les os. s'enfoncer dans le canapé, devenir un tas de plumes. ce serait la bonne idée du siècle. n'être qu'une masse informe qui scouich. hochement de tête, il s'accorde avec lui-même.
il laisse, échapper, un éclat de rire gigantesque.
tellement grand qu'il pourrait en effrayer des mouflets dehors. y se pince la lèvre inférieure, dévisage à travers le verre ce qui lui reste. ça descend tellement facilement qu'il peine à comprendre son propre corps. lui qu'est tout maigrichon, lui qu'est pas bien grand, lui qui malgré tout arrive à tenir malgré les crasses, les dégueulasseries excessives. ça lui coûtera un jour. pas ce soir. ce soir c'est tout ou rien.
- une fille ? t'es mignonne chaton. les femmes. c'est pas qu'il les aime pas. c'est seulement qu'il veut pas les regretter, c'est qu'il se sent pas capable de s'occuper du coeur d'une et pas d'un. c'est qu'il est. pas fait pour eux. c'est qu'il les aime. les aime beaucoup trop. les aime tellement qu'il préfère s'en éloigner et éviter de leur souffler rêves et merveilles. j'les respecte beaucoup trop pour leur imposer ma divine présence. tendu hein ? mais si quelqu'un m'fout en l'air, ce s'ra sans doute un mec. haussement d'épaules. gorgée nouvelle, il fronce les sourcils en détaille le visage de nana.
poupée de chiffon.
- pour c'qui est de la bague, j'suis beaucoup trop à la dèche. déjà que j'peine à m'occuper d'moi, t'imagines toi ? ma pauvre, j'te rendrais tellement malheureuse et pouilleuse qu'on finirait par te dévisager. non, non, non. ricane. bah écoute, on va dire qu'en matière de frère de substitution... j'suis fier de toi. comme s'il allait pouvoir le remplacer, comme si andrea pouvait remplacer quelqu'un. faire la différence. il la fera pas. il aime se dire que si, ça lui donne un peu de goût, plus sucré qu'acidulé. et laisse les cadavres là où ils sont va, on va éviter l'génocide. oeillade discrète vers la fenêtre. petit à petit, il oublie la date fatidique. petit à petit, ça devient un jour comme un autre, dans une journée journalière, dans la banalité banale. quitte à être dans l'mood, t'as un chagrin amoureux à m'raconter ? ou une funfact ?
on sort pas trop du sujet,
ah,
c'est beau.

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

PARASITES
everything is grey his hair, his smoke, his dreams and now he's so devoid of color. he don't know what it means.

de l'art contemporain:
 
avatar
Arrivé(e) le : 07/02/2017
Posts : 412
Avatar : Kim Da-Bin (ulzzang)
Crédits : moonlight. (moi)

ATTEND L'AMOUR
Voir le profil de l'utilisateur http://slashlove.forumactif.org/t1465-f-20th_century_girl

Re: even in august winter is here ♦ andrea
Mar 21 Fév - 13:52


j'avais tendance à parler beaucoup je dois l'avouer mais ce n'était pas tout le monde qui avait l'occasion d'entendre ma petite voix enfantine au timbre mélodieux. en temps normal, il m'était rare d'ouvrir la bouche mais andrea avait un petit truc en plus pour réussir à me tirer des sons de la bouche. après tout, c'était lui qui m'avait appris à parler correctement italien donc. et puis, il était adorable alors pourquoi je n'aurai pas une longue discussion avec lui ? j'avais toujours ma tête posée contre sa cuisse et comme il n'avait pas bronché le moins du monde, j'en avais jugé que ça ne le dérangeait pas et puis, il avait encore de la liberté de mouvements pour se saisir de la pizza qu'il semblait descendre aussi vite que sa bière. d'ailleurs en parlant de pizza, j'avais fini ma tranche quelques minutes plus tôt et je m'étais attaqué à continuer ma bouteille que j'avais assez réduit. mais bon, j'avais fini par tendre ma main vers la boite de la pizza et attraper une autre tranche, la calant entre mes dents puis j'avais arqué un sourcil à ses paroles.

- de quoi ? tu préfères les mecs ? pour de vrai ?

j'savais pas trop la préférence sexuelle d'andy alors j'avais sorti les filles par généralité mais j'avoue que mon visage m'avais un peu trahi dans l'idée qu'il puisse avoir un attirance plus prononcé pour les garçons. après, c'était le cas, je l'aimerai toujours autant, j'avais pas mon mot à dire là dessus parce que t'façon, je sortais pas avec. Et puis, plus j'entendais ses paroles, plus j'me disais que ouais, c'était p't'être les mecs son truc. La p'tite moue sur mon visage s'était un peu plus marquée puis j'avais commencé à tapoter mes ongles vernis de noir contre le verre de la bouteille d'alcool.

- y'à un mec qui t'fais souffrir en c'moment alors ?

j'étais curieuse ouais, en même temps, c'était normal de l'être, surtout quand ça concerné son entourage proche alors bon, j'espérais que ma question ne soit pas trop indiscrète pour le garçon et qu'il y répondrait sans trop s'éloigner du sujet mais il m'a posé une question qui me tira une autre moue avant que je ne continue de manger ma part de pizza de façon acharnée et j'haussai les épaules. arf, pourquoi fallait-il qu'il lance le sujet lui-même ?

- ooh t'sais... les mecs sont tous les mêmes au fond. y'à un gars avec qui j'm'entendais bien et tout, on à bu quelques verres ensembles, on à pas mal discutés aussi et il était vraiment sympa et cultivé. on à eut quoi, plus d'une dizaine de rendez-vous puis, tu te doute de comment ça à pu finir, sauf que depuis... j'ai plus aucunes nouvelles. du coup j'déprime en me disant que personne m'aime pour moi et que tout le monde veut juste baiser. okay, moi aussi j'ai envie de baiser parfois mais quand même, j'suis pas une sex doll.
avatar
Arrivé(e) le : 30/01/2017
Posts : 743
Avatar : min yoongi.
Crédits : bae. ♡

Re: even in august winter is here ♦ andrea
Jeu 23 Fév - 11:43


tous.
pareil. à pas prendre d'exception. à croire que finalement y'a que deux catégories. et peut-être que nana a raison, à faire des généralités, à dire ce qui pique quand ça veut pas ouvrir franchement les yeux. il pince sa lèvre inférieure, elle accuse un peu le coup, percute les préférences, et lui veut juste en rire, en rire si fort que même l'éternité s'en souviendra pas. il étouffe un peu, il termine le fond de sa bouteille, se penche pour en choper une autre, fronce les sourcils et fait péter l'extrémité dans un mouvement plus rapide. il écoute avec attention, assimile sans vraiment s'en rendre compte. ça leur fait quelque chose de plus à partager : ce côté corps à vendre, corps à prendre, corps à jeter aussi. il s'en plaint pas, andrea, il préfère se dire que c'est flatteur, qu'au moins il a été sublime l'espace d'une nuit. c'est que ça, que ça pour trouver du réconfort et pas se laisser abattre. il siffle un rire alors qu'une autre gorgée vient nourrir son estomac. il fait pianoter ses doigts à son tour sur la surface en verre puis hausse les épaules.
loin des oreilles indiscrètes.
loin d'eux, de ceux qui pourraient en glousser, de ceux qui pourraient affirmer leurs peurs. libérés du mal. dans un cocon. pas le plus fort, le plus renforcé, au moins pourra-t-il se vanter d'être un minimum agréable.
- bah, c'est pas forcément qu'ces messieurs. c'est les gens en général. j'pourrais t'faire un parallèle avec notre société de conso' mais ce s'rait sans doute trop extrémiste. ricanement léger. autre gorgée. ça commence à monter, ça file des lourdeurs dans le bout de ses doigts et ses jambes deviennent mollassonnes. des merdes t'en verras encore. t'sais j'aime à m'dire que la roue tourne et que quand t'as atteint ton quota, y'a un moment où ça peut plus et ça fait l'effet inverse. t'as qu'du bien qui vient à toi. vois l'bon côté des choses chaton, s'il t'a emmené au restau' et qu'il a payé, t'auras au moins eu l'luxe de taper la graille dans un restau' d'bourge sans débourser. et c'est qu'au fond les longs discours se valent pas, c'est que faire la morale ça semble trop facile, ou balancer de grands espoirs totalement faux. il lui dira pas que ça ira mieux demain. parce que demain, nana, elle morflera encore, comme les autres, comme lui, comme eux. comme ceux qui essaient. comme ceux qui peuplent vérone.
- j'préfère pas les mecs. j'aime tout l'monde, j'suis pas chiant. haussement d'épaules, il zieute, trop concentré, l'étiquette de la bouteille, essayant de lire en vain les inscriptions. ça a juste souvent mieux marché avec eux, j'sais pas pourquoi, j'suis pas théoricien ni mathématicien, j'lis encore moins dans les étoiles. il fait bouger légèrement l'alcool coincé dans sa cage cassable. il pince sa lèvre inférieure, inspiration profonde, il dévisage l'invitée. avoir des yeux aussi grands, ça devrait pas exister. gorgée, troisième en deux minutes seulement. pour se donner du courage peut-être. les nanas préfèrent les types baraqués qui savent protéger. j'ai pas toute l'armure pour l'faire tu peux pas l'nier, j'suis plus queen que king... d'toute façon j'ai d'aut' trucs à penser. froncement de sourcils, la lèvre pincée et mordue au possible, il arrache la peau morte par anxiété.
- c'pas juste lui, nan c'est... mieux encore. on s'fait souffrir à deux.

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

PARASITES
everything is grey his hair, his smoke, his dreams and now he's so devoid of color. he don't know what it means.

de l'art contemporain:
 
avatar
Arrivé(e) le : 07/02/2017
Posts : 412
Avatar : Kim Da-Bin (ulzzang)
Crédits : moonlight. (moi)

ATTEND L'AMOUR
Voir le profil de l'utilisateur http://slashlove.forumactif.org/t1465-f-20th_century_girl

Re: even in august winter is here ♦ andrea
Jeu 23 Fév - 13:37


je devais bien l'avouer, que ce soit moi ou andrea, on avait tout les deux une vie sentimentale pourries, à faire peur, à en laisser sur les rotules tant on avait souffert voire même pleurés. J'étais pas du genre à exposer mes sentiments ou encore mes émotions à tout va comme un journal intime laissé en vu sur la table du salon. J'étais quelqu'un de très timide et réservé mais il n'y avait que quelques personnes à qui j'osais me confier parce qu'au fond, elles étaient pareilles à moi. andy par exemple... malgré sa bouille d'ange et sa personnalité généreuse, il vivait un enfer amoureux et ça pouvait se ressentir à présent de part ses cliquetis d'ongles sur le verre de la bouteille. pauvre amour... en vrai, même si je vivais totalement ou presque la même que lui, ça me faisait de la peine. c'était un gars tellement adorable qu'il méritait qu'on le traite un peu mieux que ce qu'il n'était traité actuellement. et d'ailleurs non, je n'avais eu aucunement l'idée qu'il puisse être bisexuel, ou ni même apprécier la sculpture masculine. j'savais pas trop pourquoi les gens étaient aussi attirés par les gens du même sexe qu'eux ais bon, si ils étaient heureux comme ça, c'était le principal. Je mâchais encore le restant de pizza que j'avais dans la bouche et j'ne pris pas vraiment la peine de l'avaler que je venais de coincer le goulot de la bouteille verte entre mes lèvres pour en déglutir une quantité conséquente. j'avais l'impression de crever de soif, d'avoir la gorge sèche et j'en passais même ma langue contre mon rouge à lèvres, qui à le retirer parfois, tant pis. puis j'l'écoutais parler, parce qu'il était intéressant dans ses paroles et surtout de bons conseils. c'était pas non plus un entremetteur à la madame irma non plus mais son tact était tel qu'il savait où bien viser pour donner les mots justes.

- ouais mais j'sais pas... regarde un mec d'ici. si tu rentres pas dans les critères de beauté italiens, t'es pas spécialement apprécié. faut bien avouer que les trois quarts des italiens sont machos et qu'ils veulent une gonzesse bien foutue, avec une bonne grosse paire de miches, un p'tit cul rebondit et un visage de poupée, et quand tu ressembles à ça, on t'prend pour un vide couilles parce que ça à pas la décence de parler à une fille comme il se doit.

j'dois bien avouer que j'prenais un peu mes aises chez le garçon mais bon, c'était pas comme si il me l'interdisait. J'avais pivoté pour passer du dos sur le ventre, le menton sur sa cuisse parce que je dois bien avouer qu'il était confortable et que c'était rare que j'sois aussi corps à corps avec un mec sans coucher avec, bien que plus l'alcool descendait, plus j'avais des idées et des envies étranges vis à vis de lui. un petit hochement de tête négatif pour retirer ces conneries de là et voilà que je me concentra à nouveau sur la discussion. j'avais soupiré parce que j'étais épuisé du monde qui m'entourais avant que j'ne lève un œil vers le demi-coréen. désespoir quand tu nous tiens, j'avais râlé un coup dans un grognement assez grave et j'avais encore une fois soupiré. ma joue tomba sur sa cuisse alors qu'une autre gorgée vient à tapisser mon œsophage délicatement.

- nan mais, il m'a fait payer la moitié c'pour te dire à quel point c'est désespérant... j'comprends tellement pas les mecs comme ça, et c'est pas l'premier sur qui j'tombe qui me fait le coup. et sinon, t'es p't'être considéré comme une « meuf » ici, crois-moi qu'en asie tu rentres dans les critères de beauté masculin. donc dis-toi qu't'es pas tellement moche, puis moi j'te trouve vraiment beau, sens-toi fab poussin.

mes doigts se sont glissés dans ma tignasse avant qu'ils ne reviennent se poser sur la cuisse du brun sans vraiment chercher à savoir si il broncherait ou pas puis j'avais commencé à pianoté mes ongles sur son pantalon, juste de quoi réfléchir avant de relever légèrement la tête et venir poser mes doigts contre ses joues encore une fois parc'que j'avais envie de l'embêter comme une sœur aurait put le faire avec son frangin.

- vous vous faites souffrir tout les deux ? genre comment ? enfin... pourquoi ? c'est plus une relation nocive qu'autre chose là. puis ça à pas l'air de te rendre très heureux si tu veux mon avis.
avatar
Arrivé(e) le : 30/01/2017
Posts : 743
Avatar : min yoongi.
Crédits : bae. ♡

Re: even in august winter is here ♦ andrea
Ven 24 Fév - 11:49


nana elle a raison.
nana c'est pas qu'elle a les mots justes, c'est juste qu'elle sait où taper pour faire ressortir le pire et le meilleur. il manque d'arguments, il manque de paroles sous ce flux de compliments et de constats. alors il boit, et que ça lui monte au crâne ça lui plaît, ça passe mieux, ça passe rapidement et ça fait zapper les barrières qui se mettent en place quand faut dire des trucs qui arrachent la trachée. ils se ressemblent, tellement que c'en est grisant. à se bouffer des coquilles à la moindre ouverture. c'est pas une question de fatalité, seulement de poisse ou de karma. dans son ancienne vie, andrea devait être hitler ou au moins gengis khan pour rester dans un thème bien concis. ils ont dû faire tellement moche que les étoiles s'en remettent pas, qu'un big bang pourrait pas tout remettre droit. alors autant continuer à faire dans le tordu, sur cette planète tordue avec ces gens tordus. tête qui se hoche, gorgée à s'en faire brûler l'estomac. allez, que ça aille vite, que ça lui fasse tourner les turbines, que ça lui file le tournis et qu'il puisse enfin enchaîner une bonne nuit, une véritable, qui laisse les doutes au placard, qui envoie les cauchemars à la lumière.
- t'es mieux qu'ça, tu sais c'que tu vaux non ? alors chérie c'est l'principal, va pas commencer à douter pour faire plaisir aux autres. sinon de un t'es pas sortie, et de deux bah putain j'vais t'apprendre à avoir confiance en toi. y ricane, il a déjà perdu le propre fil de ses pensées. il sourit, il sourit bêtement andrea, tellement que ça lui tire dans la mâchoire et qu'il cumule le liquide dans son sang. ça fait son effet, ça fait du bien. il fond dans le canapé, il se détend, il se sent enroulé d'une chaleur réconfortante. même nana, allongée sur lui, il la sent plus tellement. il abuse, abuse et se fout bien des effets que ça peut avoir. y se penche, engloutit à nouveau une part pour se donner bonne contenance. morfale sur deux pattes. y s'en fout un peu sur les joues, il enlève avec le dos de sa main. en deux minutes c'est plié.
- ouais, ouais, ouaaaais. t'sais que t'as totalement tapé dans l'mille en plus ?! genre j'me dis ça, fouah, le plus clair du temps. non en fait pas du tout, j'évite d'y penser sinon j'vais tellement convulser que j'vais me bouffer moi-même. il pince sa lèvre inférieure, tire le bout de sa langue dans la tentative d'une réflexion poussée. y'a son visage qui lui revient à la face, comme un uppercut. y secoue la tête, sa tignasse est plus bien coiffée, est plus jolie, est plus rien. mais baaah pffff. t'sais garder un secret ma nana hein ? non bah écoute au pire non, d'toute façon si tu balances jeeee - j'sais pas c'que j'te fais, mais je fais. petit instant de silence, il vient tapoter sur le ventre de l'invitée du bout des doigts pour intimer un rythme.
- il est mariééééééééé ! ET IL A DES GOSSES ! et moi j'arrive, j'me pose comme une fleur. sourire colgate en bonus pour témoigner de son ridicule. ses joues sont un peu rouges, c'est la bière qui s'installe. j'crois pas que j'suis fait pour genre... t'sais la p'tite maison dans la prairie, la dadame qui fait la popote, les mouflets qui se tartinent de la boue sur la face, le clébard pur sang qu'a gagné quinze concours. naaaah. et peut-être qu'une part de lui le voudrait, cette genre de paix dégueulasse qui lui file de la bile à cracher rien qu'à y songer.
- mais j'l'aime bien. égoïste. j'crois qu'on s'aime bien. et p'tête qu'il a b'soin d'moi... ou pas du tout. ou c'est l'inverse. haussement de sourcils, passion soudaine pour le plafond vaguement craquelé. bouteille terminée, il se penche pour la laisser au sol.
- j'ai plus envie d'le lâcher. et bon, disons-le fraaanchement on pourrait m'tatouer whore sur le front à ce stade. il décline un rire, chope une troisième bière. il galère un peu à l'ouvrir.
- whore de luxe. fab' malgré tout, si tu m'trouves bien beau alors tout est fort beau et beauté veux-tu voilà. j'raconte de la merde hein ? ouais, ouais. son bout de nez se plisse. j'propose qu'on construise une fusée et qu'on s'tire sur mars.

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

PARASITES
everything is grey his hair, his smoke, his dreams and now he's so devoid of color. he don't know what it means.

de l'art contemporain:
 
avatar
Arrivé(e) le : 07/02/2017
Posts : 412
Avatar : Kim Da-Bin (ulzzang)
Crédits : moonlight. (moi)

ATTEND L'AMOUR
Voir le profil de l'utilisateur http://slashlove.forumactif.org/t1465-f-20th_century_girl

Re: even in august winter is here ♦ andrea
Mar 28 Fév - 20:48


j'écoutais le blabla interminable du garçon mais au fond, j'aimais bien quand il me parlait, ça me permettait d'en savoir un peu plus sur lui. il était assez mystérieux et parfois, sur certains surjet, j'avais du mal à le cerner ou je ne savais juste pas trop comment lancer une conversation de peur de le vexer ou quoi que ce soit. bon, je savais qu'il ne m'en voudrait pas si j'allais à l'encontre de ses idées mais comme on avait une relation presque fraternelle, j'pensais qu'il pourrait m'engueuler comme le ferrait un grand-frère. puis d'ailleurs, c'est un peu ce qu'il à fait lorsque j'avais évoqué le fait de ne pas me sentir à l'aise avec mon physique dans cette ville, voire même carrément dans ce pays. « t'es mieux qu'ça, tu sais c'que tu vaux non ? » peut-être, j'voue ne pas chercher constamment à savoir ce que je vaut vis à vis des autres, je me sentais juste dans la normale mais j'avoue que le fait qu'il le mentionne me donna un petit sourire en coin de lèvre de façon un peu gênée. « alors chérie c'est l'principal, va pas commencer à douter pour faire plaisir aux autres. sinon de un t'es pas sortie, et de deux bah putain j'vais t'apprendre à avoir confiance en toi. » chérie ? j'avais un peu de mal avec ce genre de surnom mais j'avais l'impression que c'était un peu gratifiant pour moi d'avoir droit à ce genre de surnoms alors que peut-être qu'une fille ou un gars qui lui plairait vraiment se exempté de ce genre de niaiseries.

j'avais bien remarqué sa galère à ouvrir la bouteille de bière et malgré que je ne puisse pas spécialement mieux l'aider, je m'en été saisit et j'avais attrapé le bout de la robe en guise d'aide pour éviter de me couper stupidement la main avec le bouchon. j'y étais arrivé genre... six minutes après et je lui avais tendu avec un nouveau sourire puis j'avais continué à écouter son monologue sur un gars marié avec des gosses ce qui m'avait tiré un arquement de sourcil assez accentué et un mordillement de lèvre. a ce point ? j'veux dire... qu'il se tape des mecs pouvait passer à la limite mais qu'il ait l'air d'avoir passé la quarantaine depuis longtemps me fit grimacer par la suite, laissant presque la bière que j'avais dans la bouche couler sur le coin de mes lèvres, estompant encore plus le rouge à lèvre que j'avais dessus.

- personne t'as dis que ta vie devait ressembler à la petite maison dans la prairie chaton, j'veux dire, c'est vraiment pourrave tout ça, trop routinier, trop niais. même si j'avoue que je te verrais bien avec une petite femme et des enfants. mais.... pourquoi tu lâches juste pas l'affaire ? j'veux dire... ça va te bousiller ce genre de relation 'dydy... même si tu l'aimes bien, que ce soit lui ou toi qui soit accro, il est marié et il à des gosses alors que t'en ai toi-même un. le prend pas mal vraiment mais, tu penses pas que ça serait mieux de trouver quelqu'un de libre et qui serait plus bénin pour toi ? vu comment tu m'en parle, j'ai l'impression certaine que ça te bouffe de l'intérieur et j'aime pas spécialement ça.

petite moue de ma part et voilà que je recale la bière du moins, le goulot contre mes lèvres, descendant les dernières gouttes de liquide qui jonchaient le verre marron. mes yeux se posèrent sur le mur d'en face puisque j'étais toujours joue posée contre la cuise de l'italien puis une fois mon récipient terminé, je l'eus simplement posé sur le sol, tant pis si je la cassait en me prenant les pieds dedans plus tard. j'avais glissé une main sous les cuisses d'andrea pour venir la serrer contre moi un peu comme une peluche. je sentais l'alcool me monter à la tête. je faisais clapoter ma langue contre mon plaet et j'laissa un petit rire s'échapper d'entre mes dents.

- mars ? tu veux pas plutôt qu'on se tire encore plus loin genre... derrière les nébuleuses, loin au fin fond de la galaxie pour j'sais, pas si on peut voir si tatooine existe vraiment nan ? ça pourrait être marrant et p't'être qu'on peuplera la planète à nous deux. y'aura que des bridés mais bon, c'pas comme si on dominait pas déjà le monde.
avatar
Arrivé(e) le : 30/01/2017
Posts : 743
Avatar : min yoongi.
Crédits : bae. ♡

Re: even in august winter is here ♦ andrea
Ven 3 Mar - 19:22


wah la vache. ça prend une tournure à laquelle il s'attendait pas. mais andrea, andrea il a déjà un coup dans le pif et très franchement il prend pas trop en considération, du moins pas sérieusement. même si ça fait mal, même si ça pique au troisième degré au niveau de la valve cardiaque. il laisse entendre nana, il laisse écouter alors qu'elle se serre un peu plus à sa carcasse décharnée. il fronce les sourcils, il reprend une gorgée de la bière qui roule à nouveau bien le long de sa gorge. vider son sac ça vaut ce que ça vaut, elle retiendra mieux que lui, elle aura de quoi se dire que sa vie est meilleure que la sienne sans doute. pensée en interne qui se délabre à mesure qu'elle plante ses crocs, elle lui fait tirer une grimace. et andrea, andrea il galère à bien poser ses pieds sur le sol. y voudrait planer toute sa vie, y voudrait toucher les étoiles, pioncer sur la lune et qu'on lui foute la paix. dormir, une vie entière. dormir, jusqu'à ce que mort l'attrape. dormir, parce que c'est plus simple que de se laisser porter par le maintenant. trouver quelqu'un de mieux. faire mieux. aller sur des planètes. tout ça, ça a plus réellement de sens, ça fait contre-sens et sur une route déjà pleine de bagnoles ça va mal passer. carambolage assuré. il roule des yeux, dévisage le plafond en faisant craquer ses épaules, étirant ses muscles.
- quelqu'un d'bien... il fait papillonner ses cils. ferme une paupière, laisse l'autre ouverte, refait le même procédé mais inversé. c'comme les licornes, t'y crois mais t'sais que ça existe pas dans l'fond. faut pas s'leurrer, on est tous des profonds connards, et j'dis pas ça pour m'plaindre ou pour accuser l'univeeeers hein... nan c't'un fait. genre darkside t'vois ? pis il se marre, il se marre tellement que ça fait trembler son estomac. l'jour où j'serais posé avec femme et enfant, c'est qu'j'suis décédé d'l'intérieur. hu-hu, naaaaah.
à moitié vexé d'une telle accusation.
il vient passer une main libre dans la tignasse de nana, fait mumuse avec quelques mèches avant d'abandonner l'affaire. y se dit qu'il devrait se laisser pousser les cheveux, et il abandonne l'idée en sachant que ça lui donnera une sale gueule.
- tatooine... ah ouaaais, c'dans star wars ça nan ? ses iris piquent un peu, il se frotte un oeil au poing puis reprend. boit. y'a que ça à faire de toute façon. ça se ressent dans ses membres, ça s'endort à mesure qu'il abuse et désabuse. juré chaton, l'jour où j'suis à l'autel, j'te fais demoiselle d'honneur. en attendant jeeee veuuux... mars, ça m'plaît bien, tatooine j'connais pas. juste d'nom tu vois. j'fais pas confiance aux planètes inconnues.
les gens moins.
les gens c'est malléable.
les gens c'est que des restes.
- on pourraaait ouais r'faire toute une planète ! mais duh t'veux pas de moi comme mec, ni comme dad' - nan nan nan. secoue la tête, racle le fond de sa gorge. j'ai pas assez d'morale pour.
un temps.
- p'tain j'me souvenais pas que j'pouvais être cuit aussi vite.

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

PARASITES
everything is grey his hair, his smoke, his dreams and now he's so devoid of color. he don't know what it means.

de l'art contemporain:
 
avatar
Arrivé(e) le : 07/02/2017
Posts : 412
Avatar : Kim Da-Bin (ulzzang)
Crédits : moonlight. (moi)

ATTEND L'AMOUR
Voir le profil de l'utilisateur http://slashlove.forumactif.org/t1465-f-20th_century_girl

Re: even in august winter is here ♦ andrea
Mar 28 Mar - 16:01


et bla et bla et bla. dis donc c'est que ce gamin avait la jugeote aujourd'hui mais bon, cela devait sûrement être dû à l'alcool de riz qu'il n'arrêtait pas de consommer. les bouteilles de verres défilaient un peu trop souvent sous mon nez ou du moins, dans mon dos  pour que j'eus arrêté de compter au bout d'un moment. je savais que j'en été à ma deuxième puisque j'avais réclamé à andy qu'il m'aide à la décapsuler. pour ma part, j'l'avais laissé sur le côté quelque temps pour éviter de virer rouge écrevisse trop rapidement mais j'avais déjà la tête qui tournait et je préférais déjà fermer les yeux plutôt que de voir le plafond se tordre comme une mer agitée.
puis, il parlait de ce gars marié avec des enfants, encore et toujours mais bon, j'étais pas là pour simplement me bourrer la gueule alors, un peu de racontage de ragots n'étaient pas déplaisant ! je l'écoutais d'une oreille attentive bien que dans ma tête, une musique tournait en boucle je ne savais trop pourquoi. mais j'étais à son écoute. « every day, every night, feel like a fool, you gotta know... » why ? pourquoi j'avais ça dans la tête je jure ? mais plus il parlait de cet homme, plus j'avais l'impression de devenir dépressive et la musique qui tournait dans mon esprit se transforma en une musique assez déprimante je dois dire. j'avais pincé mes lèvres puis, j'avais laissé mon souffle s'échapper dans un long soupire.

- en fait, même si tu penses que ta relation est nocive, j'trouve que tu as de la chance que quelqu'un s’intéresse à toi. j'veux dire, tu sais même pas si tu as une réelle importance dans sa vie à lui mais si il passe du temps avec toi c'est que tu dois un minimum compter. et pour ça, je t'envie un peu.  

mais rapidement, un sourire se forma sur le coin de mes lèvres à la suite de ses mots et je dois avouer que je voyais mal andrea avoir des enfants ainsi qu'une petite vie posée, lui assit sur un fauteuil démodé avec ses gamins courant atour de lui et sa femme venant lui demander si il voulait boire quelque chose. mais bon, il avait 26 ans, il fallait qu'il essaye de penser à sa vie future et non pas rester bloquer dans le présent.

- t'es djà décédé de l'intérieur couillon ! alors ça changera pas de d'habitude. mais si tu fais de moi ta demoiselle d'honneur, juré que je serais là et que j'te narguerai en te faisant comprendre que now, tu peux plus baiser avec qui tu veux et qu'tu seras cantonné à une seule et même personne. du moment qu'tu fais pas comme l'autre à aller voir ailleurs. et si t'es sage, p'têtre que j'prendrais des billets pour mars et on construira notre ville à nous, avec nos propres lois et tout !

lorsqu'il évoqua le fait que je ne voudrais pas de lui comme mec ou comme daddy, je me redressa sur mes petits bras avant de le regarder dans les yeux, du moins, essayer de croiser son regard puis un petit rire s'échappa de mes muqueuses légèrement avant que je ne prenne sa bouille entre mes doigts.

- J'suis tellement désespérée que j'pourrais te prendre comme mec ou dad' t'inquiètes ! non j'suis pas désespérée à ce point, mais c'pas comme si t'étais le pire des mecs sur cette planète ! si ? non hein. t'es un bisounours avec quoi, un fuckin' déhanché que tu risques de foutre tout le monde en cloque si tu continues de me faire ça pendant tes danses ! donc osef si j'dois peupler une planète avec toi, au moins ces humains seront beaux, v'là. et j'pensais que t'étais bourré naturellement ! non pour vrai, va molo avec ça please et mange un peu plus, j'veux pas t'emmener aux wc pour qu't'ailles gerber tes tripes. c'est assez répugnant comme ça d'imaginer. épargnes-moi ça.

j'avais relâché ses joues avant de venir prendre une part de pizza et coincer la pointe entre mes dents puis attraper la bière du garçon pour la poser sur la table basse afin qu'il stoppe légèrement sa consommation. enfin, juste pour l'instant, j'comptais la lui redonner dans une dizaine de minutes minimum quoi.


lalala :
 
avatar
Arrivé(e) le : 30/01/2017
Posts : 743
Avatar : min yoongi.
Crédits : bae. ♡

Re: even in august winter is here ♦ andrea
Mar 11 Avr - 23:21


sur ce point ils se rejoignent. sur la parole agencée, sur la parole lancée qui s'étale des minutes durant. elle a beau tirer une mine nana, elle est pire que lui. et ça le fait sourire un peu bêtement, un peu idiot alors qu'elle lui déballe ses théories un peu folles, un peu débridées qui cherchent à travers les rêves qu'il atteindra pas. il se sent tout mou, de la guimauve fondue en plein soleil de désert. lèvre inférieure mordue à outrance, il hoche à peine la tête. d'ici demain il aura qu'un vague souvenir, même s'il est pas encore dans le trou noir. d'ici demain il aura fait le tri pour prendre les mots qu'il veut, se faire sa morale, se faire sa propre interprétation de ce qu'il doit considérer comme sa vie. c'est vrai qu'elle vaut pas grand-chose, qu'elle est un peu miteuse. parfois pourtant, elle est joyeuse. assez pour le gonfler d'un éclat lumineux et le faire se mouvoir dans le vide. elle le fait rire nana, avec sa franchise qu'il trouvera chez aucune autre personne - c'est pas toujours joli ce qu'elle raconte, pourtant ça vaut le coup, et il attend le jour saint où elle se prendra une remarque à cause de sa vulgarité. inspiration profonde, il zieute son pieu un peu plus loin qui commence franchement à l'attirer - genre épée forgée qu'un aimant attire indéniablement.
- un bisounours qui dégueule l'origine du monde aux chiottes. ouaip... ce s'rait vach'ment triste. haussement d'épaules, il la regarde un peu. il se demande si des fois elle est humaine nana, avec ses airs de poupée refaite, avec ses yeux si grands qu'ils pourraient avoir la même dégaine qu'un tableau peint par un artiste sous drogues. ça lui va bien. ça lui va sans doute trop bien. elle est irréelle. elle fait nymphe moderne. il se baisse, claque un bécot sur son front, protecteur, tendre. ça fait du bien de la voir, nana. de la voir sourire, de l'entendre rire - et faut croire que peu suffit à andrea pour effacer les clous qui percent sa paroi thoracique.
- t'es mignonne. y se redresse, gonfle ses joues, dévisage toujours le matelas un peu cabossé - être ou ne pas être artiste, c'est tout un art, tout une philosophie qui ramène les meubles au même état ; un peu foireux, un peu bordélique, pourtant ça veut tenir la route pour murmurer des tas d'histoires par la suite. tu veux pas qu'on aille s'pieuter ?... j'me sens tout bah - huh - raplapla, genre pile alcaline complètement à sec. son rire fait ronronner sa gorge, il fait craquer un peu ses épaules pour réveiller ses nerfs endormis à cause de l'alcool. j'te promets pas de t'border ou une comptine mais j'pense pas être trop mauvais en coussin. ou genre j'te laisse sur le pieu et je squatte le canap'... whatever. il tourne la tête, il regarde dehors. fait bien nuit. nuit comme si le monde s'était bouffé un pot d'encre d'un coup. la lune est pleine, aussi. lui, il se demande juste comment l'obscurité peut laisser passer une telle lumière.

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

PARASITES
everything is grey his hair, his smoke, his dreams and now he's so devoid of color. he don't know what it means.

de l'art contemporain:
 

Re: even in august winter is here ♦ andrea



even in august winter is here ♦ andrea
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Test Winter Assaut par Manik
» Jean-Guillaume de Winter
» Sheamus, the irish referee. Raw 27 august 2012.
» AUGUST ✝ là, tout n’est qu’ordre et beauté, luxe, calme et volupté.
» Carnet d'adresses d'Andrea Parker

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
/LOVE :: Le coeur de la ville :: Le Borgo di Milano :: La zone résidentielle-
Sauter vers: