avatar

Invité

After all this time (Ezio)
Dim 5 Fév - 0:07



   
ft. Bonnie & Clyde

   
After all this time

   
   

   

   Une cigarette entre tes lèvres, la première de la journée, la première d’une longue série. Chapeau vissé sur la tête, les clefs dans une main ton téléphone dans l’autre. Tu quittes ton appartement, il faisait beau t’avais besoin de sortir, t’as toujours besoin de sortir au fond, t’aimes pas vraiment rester seule enfermée chez toi, peut-être parce que t’as jamais vraiment appris à être seule. T’as jamais appris à vivre autrement que dans des hôtels aussi, enfin t’apprends depuis plusieurs mois, bien obligée. Mais t’aimais ça avoir un chez toi. C’était cool, il fallait se l’avouer. Tirant sur ta clope, aspirant ta chère et tendre nicotine. Tu avançais vers le centre de Vérone sous le froid soleil du début d’année. T’aimais cette ville vraiment. Peut-être parce que c’était la première ville où tu te posais vraiment mais en tout cas tu te sentais chez toi, pour la première fois. Pour la première fois, tu n’avais pas à te demander combien de temps tu allais rester ici. T’avais un point d’encrage. Enfin. Déambulant sans réel du but dans les rues, t’avais envie d’un café. Ou d’une bière. Mais il était dix heures du matin. Non tu n’avais pas de problème avec l’alcool. Merde hein. Tu savais que c’était tôt. mais le fait est que tu n’aurais pas dit non si quelqu’un te l’avait proposé. Au fond t’avais envie d’une seule chose, te poser au café Latte. Tranquille. Être au milieu des gens, t’aimais sentir la vie autour de toi. t’aimais les cafés t’aimais écouter les conversations de personnes que tu ne connaissais pas comme ça. Te foutre d’eux intérieurement. ça t’aimais encore plus.

Tu termines ta clope en quelques minutes avant d’ouvrir la porte du Café Latte. Retirant ton chapeau et tes lunettes, tu soupiras. Visiblement pas mal de monde avait eu la même idée que toi et tu te demandais même si tu allais arriver à avoir une table. Le café était bondé à l’intérieur. Grouillant dans un brouhaha constant presque assommant. Tu repéras une table libre en terrasse en te retournant. Parfait. Tu sortis rejoindre celui, posant tes fesses sur la chaise dans un soupir de soulagement.  Camille était là, en train de travailler, rayonnante comme toujours voguant de table en table avec une légèreté que tu lui enviais. Elle te sourit quand elle te vit, tu lui rendis son sourire alors qu’elle s’approchait pour prendre ta commande. « Eurydice, Je te sers quoi ? » T’eus un temps de réflexion. Allais-tu prendre une bière ou pas. Tu te mordis la lèvre, quelques secondes avant  de lui répondre.  « Un double expresso ma biche, merci  » Après tout tu pouvais toujours commander une bière plus tard. Et puis la température relativement fraîche de l’hiver, te faisait préférer une boisson chaude. Elle nota ta commande et s’éclipsa. Tu la suivis du regard machinalement. Tu vis qu’elle prenait la commande de quelqu’un à deux tables de toi. Quelqu’un qui te paraissait familier. Tu ne savais pas pourquoi. Comme une impression étrange de le connaître. Peut-être l’avais-tu croisé à la fac ou à la salle de sport mais t’avais l’impression étrange que ça remontait à plus loin, peut-être parce qu’il ressemblait à ce garçon, le garçon de Rio. Ezio. Tu secouas la tête. Tu devais débloqué. Fallait que t’arrêtes de le fixer aussi. c’était mieux, histoire qu’il ne te prenne pas pour une fille à moitié timbrée. Au pire tu pouvais lui sortir que tu trouvais qu’il ressemblait à une vieille connaissance. Ça risquait de passer pour une vieille technique de drague pourrie. Oh merde hein. Qui drague à dix heures du mat’. Personne.

   
- Adrenalean 2016 pour Bazzart.
   
avatar

Invité

Re: After all this time (Ezio)
Jeu 9 Fév - 1:02


 

after all this time ? always
eurydice & ezio

mal à la tête. gorge en feu. les yeux qui piquent. envie d’aller dormir. les signes d’une bonne grosse gueule de bois. t’es sorti hier soir. rien de surprenant. quatrième fois de la semaine. quatre soirs de suite. légèrement suicidaire pour un futur PDG. soirée classique d’étudiant. sauf que t’es pas un étudiant, ezio. il serait temps que tu l’assimiles. bar puis club. tu as enchainé les verres. whisky, vodka, cocktail. les mélanges se sont faits. ta bouche s’est ouverte. ton porte-feuille s’est vidé. puis t’es arrivé en boite de nuit. bien trop torché pour rentrer mais finalement t’as quand même réussi à mettre les pieds dedans. peut-être grâce à ton nom de famille ou alors grâce au billet que tu as glissé dans la poche du videur. t’es plus vraiment sûr… t’as dansé, t’as crié, t’as collé une nana, tu l’as embrassé puis tu l’as dégagé. tu as fini par rentrer à la coloc à six heures du matin. Camille qui est venue te chercher. tu sais pas comment elle a su où venir te récupérer. l’intuition féminine ou une connerie comme ça probablement. t’y connais pas grand chose mais ça doit être ça. ton réveil qui a sonné ce matin. tu as mis snooze quatre fois. trop envie de dormir. trop envie d’hiberner pendant quatre jours. récupérer tout ce sommeil que tu as perdu. mais pas le choix. ta vie d’adulte qui t’attend. ton père surtout. t’as une réunion importante aujourd’hui ezio. celle que tu as volontairement oublié hier soir quand on t’a proposé de sortir. ton père qui t’a dit que tu ne pouvais venir à l’empire qu’à partir de midi. alors pour toi c’était une bonne raison de sortir et de te bourrer la gueule. ouai mais bon. comme toujours tu regrettes. ton mal de tête qui te rappelle que tu n’as plus seize ans. alors tu as enfilé une chemise, un bonnet et tu es parti au café avant de t’arrêter au bureau. tu ne peux pas arriver face à ton père dans cet état, c’est impossible. il serait capable de te renvoyer sur le champ. tu espères juste ne pas croiser de paparazzis sur le chemin. ils aiment pas mal quand ils peuvent avoir un gros titre sur toi et ton goût beaucoup trop prononcé pour les fêtes. tu es allé au café où travaille Camille. tu t’es dit que ça te permettrait de te réveiller tranquillement et d’émerger bien comme il faut. mais en fait non. c’est bondé de monde. ce bruit qui te brûle les tympans. ça résonne. ça fait mal. tu t’installes en terrasse. au soleil. camille qui te fait signe au loin que ta commande est prise en compte. t’apprécies réellement que ta meilleure amie bosse ici. tu ne te voyais pas attendre cent sept ton café. tu jettes un oeil à ton portable. ton père qui te rappelle la réunion. tu lèves les yeux au ciel. il te prend vraiment pour un gamin.. d’autres messages du site /love. tu souris. amusé. tu l’as fait par obligation mais tu risques d’apprécier de pouvoir faire de nouvelles rencontres. ta meilleure amie qui t’apporte ton café au lait. tu déposes un baiser sur sa joue avec un sourire. elle te fait les gros yeux. elle est légèrement en colère que tu sois encore sorti hier. mais bon, elle finira par te pardonner. c’est toujours comme ça que ça se passe. puis tes yeux qui regardent autour de toi. rien d’extraordinaire. un jour comme les autres. sauf cette jeune fille. un peu plus loin. longue chevelure. ton âge. un souvenir qui te revient. un rire. une voix. un toucher. c’est quasiment sûr que ce ne soit pas elle. impossible. pas ici. pas à Vérone. alors tu déchires le set de table en papier, tu y écris les chiffres 00:07. tu plies le bout de papier en forme d’avion puis tu le lances. il tombe à ses pieds. tu lâches un petit rire quand tu vois un couple te fusiller du regard. t’es qu’un gamin ezio. mais tu verras vite si c’est bien elle. minuit sept. votre heure de rendez-vous quand vous aviez seize ans. votre heure pour vous retrouver dans les couloirs de l’hôtel, pour vous échapper, pour vivre une nouvelle aventure. votre code. minuit c’était trop simple, trop banal. alors tu lui avais proposé minuit sept, parce-que ça t’avait fait penser à James Bond. parce-que vous deviez être agiles et silencieux pour vous retrouver sans vous faire attraper par vos parents. votre code. juste à eury et toi. tu verras très vite si c’est bien elle. dès qu’elle posera ses yeux sur le bout de papier. il n’y a que ta bonnie qui comprendra.

@Eurydice Banner :45:
avatar

Invité

Re: After all this time (Ezio)
Mer 15 Fév - 9:23



   
ft. Bonnie & Clyde

   
After all this time

   
   

   

  Le morceau de papier à tes pieds, tu l’attrapes, amusée parce que ça fait longtemps que tu n’as plus reçu d’avion en papier. Tu le déplies et ton sourire s’élargit. 00:07. Un éclat dans le regard, tu lèves les yeux vers le jeune homme qui te l’a lancé. Tu peux pas t’en empêcher parce que tu ne l’aurais jamais parié. Pas aujourd’hui. Pas maintenant. Quelle étaient les chances ? Presque nulles. Voir totalement nulle. Et pourtant t’as ce sourire aux lèvres. Parce que tu sais que c’est lui. Ça ne pouvait être que lui. Ton clyde. et t’as ce regard, ce même regard que tu avais quand t’avais 16 ans et qu’ils vous suffisaient de pas grand-chose pour vous comprendre. Et pas beaucoup plus pour filer sur le toit de l’hôtel. Cette époque où vous étiez les rois du monde à peu de chose près. Une époque où tout était plus simple sans doute.

Tu te lèves alors ton café à la main, sans réfléchir, sans te poser plus de question que ça et tu slalomes entre les tables. t’entends des soupirs agacés, parce que t’emmerdes du monde à vouloir passer entre les tables sans faire le tour. Tu les fusilles du regard et t’avance encore de quelques pas pour finalement atteindre la table du jeune italien et déposer l’avion sur la table. « Tes avions sont toujours aussi approximatif  » t’avais eu un petit rire avant de t’asseoir en face de lui, enfin t’affaler aurait été le terme exact’ et poser ton café. Maintenant que tu te retrouvais face à lui, tu n’avais plus de doute. Malgré les années, il n’avait pas tant changé que ça. t’avais l’impression qu’il avait toujours cette lueur dans les yeux, la même qu’à l’époque. Toujours prêt à faire des conneries. Tu le dévisages presque même parce que t’arrives toujours pas à le croire, à croire que c’est lui que c’est Ezio et qu’il est là en face de toi. « Putain j’arrive pas à croire que c’est toi. Ça fait quoi … dix ans mec » Peut être un peu moins. Mais le fait est que tu avais l’impression que ça faisait une éternité que vous ne vous étiez pas vu. c’était le cas au fond. Les souvenir avec lui te semblaient si lointain et si proche à la fois. Parfois tu te disais que vous auriez dû finir au trou avec tout ce que vous aviez fait. Et t’avais toujours cette image de ta mère visiblement soulagée quand tu lui avais dit qu’il était reparti. Et vous ne vous étiez jamais plus croisé. jusqu’à aujourd’hui finalement. « Rassure moi j’ai pas interrompus un truc, genre t’attends pas quelqu’un ? » Un sourire vicieux au coin des lèvre. En réalité t’en avais un peu rien à foutre s’il attendait quelqu’un. Trop heureuse pour le retrouver sans doute et puis Il n’aurait pas dû t’envoyer l’avion si ça avait été cas. T’allumes une cigarette et boit une gorgée de ton café. « Au pire il aura qu’à attendre, y’a plus urgent, comme qu’est ce que tu fous à Vérone ? » Tu tires sur ta clope, mais tu n’arrives pas à vraiment tenir en place. Oh vraiment eury, t’as grandi ? Pas sur.

   
- Adrenalean.
   


Spoiler:
 

Re: After all this time (Ezio)



After all this time (Ezio)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Seize the Time!An essay by Cynthia McKinneySeptember 19, 2008
» Session time out...
» Damon Moon - "It's time to forget about the past"
» Ezio Freza {fin}
» 08. Remember that time is money - Benjamin Franklin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
/LOVE :: Les archives du forum :: Les archives du forum :: Les RPs terminés-
Sauter vers: