avatar

Invité

(h) indigo
Mar 31 Jan - 23:57


indigo
29 ans - fiera verona - célibataire - Bastiaan Van Gaalen

#artistic #moneymaker #growstronger #whatever #heartbreak

le contacter

je suis plutôt...
sagace – narquois – arrogant – égocentrique – violent – ambitieux – téméraire – obscur – possessif – intraitable – rude – charitable – prévenant – acariâtre – déséquilibré – créatif – mesquin – belliqueux – envieux – féroce

Yeux : vert-de-grisProfession : artiste peintre côté
Cheveux : châtainsAlcool : jamais
Mensurations : 1m88, 72kg, minceTabac : déteste la fumée
Style : sans style fixeAlimentation : vegan
Origines : anglo-saxonnesPéchés mignons : bo bun vegan - écume de mer
Sexualité : hétérosexuelPetits plus : bracelet électronique, schizophrénie
Musiques
1. Song for the unification of Europe ; Zbignew Preisner
2. II Electric Chant ; Toshi Ichiyanagi
3. The concept of... (here and now) ; Klaus Obermaier
4. Illusion ; VNV Nation
5. No Brain ; Etienne de Crecy
Films
1. Long Weekend ; Colin Eggleston
2. La Chair et le Sang ; Paul Verhoeven
3. Phantom of the Paradise ; Brian de Palma
4. The Horror Picture Show ; Jim Sharman
5. Henry, portrait d’un serial killer ; John McNaughton
Livres
1. Vie des douze Césars ; Suétone
2. Le maître et Marguerite ; Mikhaïl Boulgakov
3. Sachso ; Amicale d'Oranienburg-Sachsenhausen
4. Cycle d’Elric ; Michael Moorcock
5. La généalogie de la morale ; Friedrich Nietzsche
Passions diverses
1. Peinture
2. Danse contemporaine
3. Participation à des jurys divers
4. Actions pour le bien-être animal
5. Collection de marionnettes pour doigts
à propos de moi

Quel est votre meilleur souvenir ? La première fois que je suis tombé amoureux. Ce fut terrifiant. J’en ai eu des nausées des journées entières, j’ai fait des poussées de fièvre… Je luttais contre quelque chose que je ne comprenais pas encore. L’amour… tout le monde m’en parlait, mais je ne l’avais jamais encore ne serait-ce qu’effleuré. Et, ces débuts cahoteux furent les plus beaux de ma vie. J’ai découvert de nouvelles sensations. De nouvelles couleurs ! Le mordoré de sa présence, le vermillon de ses siestes… Le pourpre sombre de ses longues absences. L’amour passionnel est d’une étrangeté ; vous passez d’être autonome à créature incomplète. Et, c’est fabuleux.

Votre plus grand rêve ? Je ne pense pas avoir de grand rêve bien défini. Je n’ai pas de but à atteindre pour me sentir enfin épanoui… la vie est faire d’opportunités et de menaces, plus surprenantes les unes que les autres. S’obstiner à s’imaginer une destinée ne peut mener qu’à des déceptions. Je préfère laisser aller mon existence, et ne me préoccuper que d’avoir suffisamment de peinture pour pratiquer mon art, et assez de gelée de groseilles à étaler sur mon pain. Si je manque de l’un ou de l’autre, c’est la fin de mon monde…

Avez-vous des peurs ou des phobies ? L’enfermement m’achève. L’assignement à résidence d’un côté… et la difficulté à affronter le dehors, quand on souffre d’une maladie mentale, de l’autre ! J’ai de plus en plus de mal à mettre les pieds hors de ma demeure, dont je ne peux paradoxalement plus fermer les fenêtres de peur d’étouffer… Internet me fait parvenir ce que je désire à ma porte – tout comme mon assistante. A présent, je tire mon inspiration de mes tourments intérieurs. J’ai cessé de peindre des muses biscornues, inspirées de silhouettes perçues dans les rues de la ville. Je suis passé de l’expressionisme à l’abstrait, du fait de mon agoraphobie grandissante. Rien ne peut plus me motiver à affronter la plèbe de Vérone, à présent. A part, peut-être, des relents de mon passé. J’aimerais retrouver la chaleur d’un corps, d’un cœur. Hui, à mon firmament manque l’astre primordial.

Êtes-vous plutôt sportif ? Je le suis. Déjà, je passe le plus clair de mes journées (et nuits) dans des positions incongrues. Perché sur deux escabeaux, ou en équilibre entre de multiples peaux de peinture… Cela m’aide à entretenir ma silhouette, en plus de l’entraînement rigoureux que je m’impose. Je continue de répéter échauffements et étirements de danse contemporaine. Etre coupé du monde est une chose, devenir une limace obèse en est une autre ! C’est un impératif pour que je ne sombre pas dans la dépression. Continuer à me laver, m’habiller et faire de l’exercice chaque jour. Quant à peindre et manger, cela vient naturellement...

Quel événement de votre vie vous a le plus marqué ? Mon premier comprimé d’Alprazolam ! Au bout d’un moment, la prison… l’impossibilité de créer, la vie dans la crasse et la proximité… J’ai lâché. Le médecin de garde m’en a prescrit une boîte, de cet antidépresseur. C’est ce qu’on donne de base à ceux qui ont une baisse de moral, rien d’effrayant à première vue. Eh bien… j’ai extrêmement mal réagi. C’est là que je suis sorti de prison – en ambulance, une lame de rasoir dans la gorge. J’ai ensuite passé trois semaines dans une chambre dont on ne pouvait ouvrir la fenêtre, où mon seul loisir était de regarder jusqu’à 3 heures du matin les pigeons se débattre dans la cour. J’ai passé de longues heures à me demander pourquoi on voulait me maintenir en vie. Tout c’était éteint en moi. Avec un cachet ! Et rien n’est redevenu comme avant. Plus que de me plonger dans un état de détresse incompréhensible, ce médicament m’a secoué. Depuis, les chaussettes peuvent me parler… une schizophrénie déjà présente, décuplée par l’Alprazolam, a diagnostiqué le psychiatre.

Pourquoi avez-vous choisi la profession que vous exercez actuellement ? J’ai toujours aimé la couleur. Avant, je prenais du temps à choisir lesquelles m’habilleraient… et je repeignais les murs de ma chambre tous les ans ! Pour ma famille, c’était la marque d’un futur galeriste… un côté artistique qui me permettrait de savoir quel peintre, quel sculpteur suivre. Ils m’ont donné la possibilité de travailler la couleur, en m’inscrivant aux Beaux-Arts, ou avec des professeurs particuliers. Mais tout cela, c’était de la théorie. Ce n’était pas vraiment moi… c’est quand j’ai pris les pinceaux pour laisser libre cours à ma volonté que je compris que ce que je devais vraiment devenir, c’est peintre. Et non pas galeriste.

Et si vous étiez un animal ? Je dirais un oiseau de la famille des ptilonorhynchidae. Ces créatures sont connues pour décorer leurs nids d’objets de différentes couleurs. Je me retrouve bien là, dans l’usage des pigments pour créer une œuvre certes belle, mais abstraite. Et nos buts sont assez similaires, finalement. Attirer la femelle pour eux… attirer les galeristes et critiques pour moi. Etre vu et séduire, pour résumer.

Depuis quand êtes-vous à Vérone ? Je fréquente Vérone depuis… mes vingt ans ? Peut-être un peu plus, peut-être un peu moins. Ma mémoire me fait défaut, ces derniers temps. J’y ai été envoyé pour reprendre une galerie appartenant à ma famille… en continuant, parallèlement, mes études sur le sol italien. Se familiariser avec l’environnement de mon futur lieu de travail ! En apprendre la langue, les mœurs. Et, maintenant, je ne peux plus m’en aller.

Quel est, selon vous, votre plus grande qualité ? Je sais que je n’ai pas un caractère facile, que je blesse aisément ceux m’entourant. Mes caprices sont éreintants, mes colères foudroyantes. Je ne sais pas réguler mes émotions, qui hélas sont majoritairement négatives. Donc, j’offre. J’insulte un jour, j’envoie un bouquet l’autre. Ou, tout autre chose qui ferait plaisir à la personne… Je suis attentionné, plus qu’on ne pourrait le penser. Je repère ce que ceux m’entourant apprécient, pour si jamais je dois leur faire plaisir. Certains disent que j’achète autrui… mais c’est mieux que d’être délaissé.

Et votre pire défaut ? Ma brutalité… je frappe. Tout. Difficile de savoir quand, ou pourquoi, j’ai développé cette attitude réprouvable. Je sais que j’ai toujours été caractériel ; c’est d’ailleurs pour cela que mes parents m’ont inscrit à des cours de danse dès mon plus jeune âge. Une activité éprouvante demandant de la rigueur et de la discipline… le but était de m’inculquer un minimum de retenue. M’apprendre à tenir mon corps, mes gestes. Cela a duré un temps. Quand je me suis aperçu que ma violence terrifiait, que ma force me permettait de plier les autres à ma volonté… je n’ai plus hésité à utiliser férocité m’habitant. Et, difficile de défaire les mauvaises habitudes prises. Je fais ce que je peux, malgré tout.

Que pensez-vous de votre famille ? Je ne vois pas ma famille, en-dehors des grandes fêtes juives. Il faut dire que l’on est dispersés aux quatre coins du monde, occupés à gérer notre immense patrimoine, qui s’est répandu dans plus d’une dizaine de pays… On ne se tient pas non plus informés du destin des uns et des autres – mais nous avons cet étrange sixième sens, qui nous titille quand l’un des nôtres est chamboulé. Assez étrange, et assez envahissant. Imaginez-vous recevoir, soudainement, des appels de toute la famille parce que la veille vous avez eu une forte fièvre… et cela, sans l’avoir confié à quiconque. Il nous est impossible de garder un secret, même la bouche fermée ! Ah, j’apprécie malgré tout être membre de cette étrange communauté.

Que pensez-vous des rencontres sur internet ? Une solution de substitution aux rencontres en soirées, vu que je ne peux plus quitter mon domicile librement la nuit ! Ni même le jour d’ailleurs, du fait de mon agoraphobie… C’est une première pour moi, toutefois. Je n’ai jamais été très prolixe à l’écrit, et j’ai toujours considéré l’amour comme quelque chose de charnel, de matériel. Alors, le découvrir via Internet me laisse assez dubitatif. Mais, il faut bien aller avec son temps… et faire avec sa situation.

Et sinon, les réseaux sociaux, ça vous branche ? Les réseaux sociaux… j’en connais l’importance, mais je me fais discret dessus. On peut me retrouver sur instagram, où je poste quelques photos de mes œuvres et de ma vie privée. Mais, pour tout ce qui est communication d’évènements sur entre autres facebook ou twitter, je laisse quelqu’un d’autre s’en charger. Prévenir d’expositions ou de ventes à venir… des petits détails que je ne prends plus la peine de régler par moi-même, préférant me concentrer sur mon art. Je trouve les techniques de communication modernes extrêmement chronophages.

Que regardez-vous en premier chez une femme ? L’allure, le maintien. La silhouette. Je soutiens qu’une personne se tient différemment selon son caractère. Je cherche de fiers ports de tête, des épaules bien placées, des chevilles déliées… certainement que cela est en lien avec ma formation de danseur contemporain. Je ne supporte pas les lombaires lâches, qui font se rouler les dos, ou le manque de gainage, qui trouble l’équilibre.

Quelle est votre premier rendez-vous idéal ? Le premier rendez-vous idéal doit se dérouler entre 8h et 20h, déjà. En-dehors de ces heures, je suis assigné à résidence. J’imagine une longue journée à se perdre dans un décor quelconque  – un musée bien chauffé, un alignement de champs sous la pluie… qu’importe. Mon premier rendez-vous idéal n’est ni un lieu,  ni une ambiance. C’est un sentiment… une sensation. Celle qui tord les boyaux, celle qui ressemble à une épouvantable maladie. On ne dort plus, on ne mange plus – on se languit, on meurt petit à petit. Mon premier rendez-vous idéal, c’est celui où je me retrouverai foudroyé…

vous & moi

Je souhaite retrouver ce sans quoi je ne peux plus vivre. Cette chose, que j’ai effleurée une fois, était si puissante que la simple idée de la perdre m’a fait perdre l’esprit. Cette chose qui a dicté mes actions et sentiments, des années durant. Qui m’a changé, sans que je ne puisse m’y opposer. Je parle de l’amour, bien évidemment… pourquoi serai-je là, sinon ? Je ne cache pas mes nombreux défauts et rares qualités, car mon but n’est pas de tromper – mais de trouver la personne. Celle qui saura me supporter. Et, c’est tout ce que je lui demande. Je ne peux imaginer son caractère, ses manies, ou bien même son physique ! Je peux juste espérer, que quelque part, un être capable de s’accorder avec moi existe.
avatar
Arrivé(e) le : 22/06/2016
Posts : 301
Avatar : /LOVE
Crédits : by killer from a gang

ASSISTANT EN LIGNE
Voir le profil de l'utilisateur

Re: (h) indigo
Jeu 2 Fév - 10:19


Profil certifié conforme à la charte de l'assistant amoureux /LOVE.
Mise en ligne officielle : 02/02/17

Désormais, vous avez accès à la fonctionnalité "messagerie en ligne". Que diriez-vous de commencer à discuter avec d'autres membres ? N'hésitez pas à actualiser régulièrement votre profil, plus il sera renseigné et plus vous attirerez l’œil.
(h) indigo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» La trahison de la beauté (PV Indigo)
» ♪ A la recherche du palais d'emerau...heu... d'indigo ♫
» UFC 124, ce soir... j'y serai devant ma TV
» l'amour-tendresse
» Le tout premier entrainement de Nuage Indigo ! [pv Nuage Indogo x)]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
/LOVE :: Les archives du forum :: Les archives du forum :: Les fiches inachevées-
Sauter vers: